Février, que doit faire l'apiculteur ?

Février, que doit faire l'apiculteur ?

  admin

 (175)    (4)

  La vie de la ruche

Février le mois de transition

Que se passe t'il dans la ruche ?

Les nuits sont encore très froides et les journées le plus souvent aussi mais le soleil peut se montrer et la température monter dans la ruche.La période critique est celle du « passage de relai » entre les abeilles d’hiver et les premières abeilles du printemps.  Les colonies les plus faibles risquent de mourir si elles sont trop affaiblies. la saison se prépare déjà dans la ruche et la reine recommence à pondre car les premières abeilles d’hiver meurent et doivent être remplacées par les jeunes abeilles naissantes.

Par une belle journée les abeilles vont faire un vol de propreté, ayant été cloitrées durant de longues semaines, elles vont se ruer à l'extérieur pour se soulager. Durant ces longs mois de claustration, leurs organismes sont fatigués, leurs réserves commencent à s’épuiser et les intestins se sont remplis. Il faut absolument quelques belles journées en ce mois de février pour que nos abeilles puissent sortir et se délester du contenu de leur intestin. Nos abeilles ont été cloitrées durant de longues semaines surtout si en décembre et en janvier il faisait froid, pluvieux ou neigeux. Aux premiers rayons de soleil et aux premières températures agréables, ce sera la ruée vers l’extérieur. On verra alors ces nuées d’abeilles sortant frénétiquement du trou de vol et déféquant en plein vol à quelques dizaines de mètres de leur ruche. C’est à cette première sortie que l’on pourra se faire une idée de l’état de chaque colonie.

On dit souvent que février est le mois qui décide de la vie ou de la mort de nos colonies en effet s'est la reprise de la ponte de la reine et les abeilles après le vol de propreté réactivent leurs différentes glandes (hypopharyngiennes et mandibulaires chez les nourrices,  cirières chez les abeilles constructrices et  de Dufour et Koshevnikov chez la reine)

Ce ne sont que quelques dizaines d’œufs d’abord, mais cela permet de remettre la machine en route. Ce n’est que fin du mois, à condition que les températures montent, que la colonie revivra vraiment. Si la reine est en forme et la colonie assez forte, la reine commencera alors réellement sa ponte. Les premières provisions de pollen rentreront et ce sera aux abeilles d’hiver à faire qu’en sorte la transition se passe au mieux.

Que doit faire l'apiculteur ?

Vérifier la bonne santé des ruches n’est pas parce qu’une colonie ne sort pas ou peu qu’elle est faible ou morte

Les races comme les frères Adam et linguista ont besoin de températures plus élevées que les carnicas, les caucasias et les abeilles noires pour redémarrer.

Pour les colonies qui vous paraissent faibles, il faut  soupeser la ruche et s’il y a manque de nourriture, il faut  les nourrir avec du candi à moins que les températures diurnes dépassent déjà largement les 15°C, on peut alors  les nourrir avec du sirop 50-50 tiède (30-40°C)

En fin de mois si la colonie est infestée de varroa, il est possible de faire un traitement anti-varroa selon sa méthode choisie.

Les fondatrices des frelons asiatiques vont commencer à sortir de terre pour se reproduire, il est important de les piéger pour en capturer le maximum.

Il faut aussi surveiller des signes de dysenterie ou de noséma, en général on trouve des déjections très liquides sur l’avant de la ruche et sur la planche de volet les soigner avec un sirop 50-50 tiède (30-40°C) additionné d’un traitement au thymol et aux polyphénols

Si une ruche est inactive (pas de bruissement en toquant sur le bois) ouvrir et si elle morte désinfecter le corps, les cadres et le reste au chalumeau pour qu’il n’y ait pas de pillage et transmission de maladie.

Il faudra  agrandir le trou de vol en février pour certaines ruches et pour d’autres, il faudra laisser la porte d’hiver jusqu'à mi-mars selon leur activité

Bref en résumé

Surveiller les rentrées de pollen, comparer l’activité d’une ruche par rapport à l’autre.

Si le temps s ‘y prête, enlever les protections hivernales devant le trou de vol et agrandir le trou de vol si nécessaire.

Surveiller les provisions et apporter un complément de nourriture solide (candi) si nécessaire .

Surveiller d’éventuelles maladies.

 (175)    (4)